EcoTV

FRANÇOIS DOUX

Dans le Graphique du mois, on va s’intéresser à l’inflation dans la zone euro. Va-t-elle rebondir enfin ?

William De Vijlder. Bonjour.

WILLIAM DE VIJLDER

Bonjour François.

FRANÇOIS DOUX

On sait que du côté de Francfort, la Banque centrale européenne regarde beaucoup cette question.

WILLIAM DE VIJLDER

Question clef !

FRANÇOIS DOUX

Il existe plusieurs facteurs assez évidents, assez lisibles pour prédire un rebond éventuel de l’inflation. Tout d’abord, le marché de l’emploi, le chômage. Est-ce que cela va soutenir un rebond de l’inflation ?

WILLIAM DE VIJLDER

Pas du tout. Ce sera le dernier facteur à jouer dans ce sens. À court terme, on s’attend plutôt à une hausse du chômage, donc une absence d’accélération de la croissance des salaires, et pas d’influence à la hausse sur la dynamique inflationniste.

FRANÇOIS DOUX

Deuxième facteur assez évident : les prix de l’énergie, en particulier les cours du pétrole. Là encore, c’est reparti à la hausse.

WILLIAM DE VIJLDER

Oui, en glissement annuel on a effectivement eu une poussée à la hausse de l’inflation. Cela pèse pour un certain pourcentage, c’est quand même un élément.

FRANÇOIS DOUX

Et on a bien sûr un troisième facteur qui ne concerne que l’Allemagne. C’est la fin de la TVA réduite au 31 décembre 2020. Là encore, petit coup de pouce à attendre du côté de l’inflation sur l’Allemagne.

WILLIAM DE VIJLDER

Effectivement. À partir des chiffres du mois de janvier, cela devrait être visible. Mais c’est une problématique allemande qui ne concerne pas les autres pays.

FRANÇOIS DOUX

On va à présent regarder ce qui se passe du côté des entreprises pour anticiper justement cette inflation. Dans ce graphique, William De Vijlder, vous avez mis la courbe bleue qui montre le prix des intrants, c’est à dire le prix des matières premières et le prix des produits semi manufacturés que les entreprises payent pour acheter et produire. Ensuite, les prix à la production, les prix « sortie d’usine » si je simplifie un petit peu. Et la courbe rouge montre les délais de livraison des fournisseurs. Bien sûr, on voit un pic sur l’année 2020. Elles ont mis plus de temps à livrer à cause du confinement en zone euro. Quelle est votre analyse sur 2021 maintenant ?

WILLIAM DE VIJLDER

Ces chiffres d’enquêtes sont très importants. Ils montrent comment les entreprises appréhendent le contexte d’inflation. Cette forte poussée, que l’on a vue fin 2020 en termes de délais de livraison et de prix des intrants, laisse présager une accélération de l’inflation en zone euro.

FRANÇOIS DOUX

Et donc, pour aller un cran plus loin, vous avez synthétisé à la fois les prix des intrants et les délais de livraison. C’est ce que l’on voit sur cette courbe. L’indice PMI des directeurs d’achat du secteur manufacturier, la composante tension sur les prix, et la courbe bleue, bien sûr, c’est l’inflation sous-jacente, hors alimentation et énergie. Quelle est votre lecture de ce graphique ? L’inflation va-t-elle remonter ?

WILLIAM DE VIJLDER

C’est la conclusion à laquelle on arrive, mais je vais être un peu nuancé. Effectivement, il y a un décalage de 12 mois entre la tension sur les prix, la ligne rouge sur le graphique, et l’inflation sous-jacente, la ligne bleue. Ce décalage dit : « vous avez vu dernièrement cette poussée de tension sur les prix dont témoignent les entreprises dans les réponses aux enquêtes. Dans 12 mois à peu près, on devrait voir aussi une certaine accélération de l’inflation en zone euro. »

FRANÇOIS DOUX

Il faut donc aussi rester vigilant sur les facteurs d’offre qu’on a vus au début de cette interview.

WILLIAM DE VIJLDER

Tout à fait. Et en particulier il faudra regarder la dynamique du chômage et celle de la demande. C’est ce qui expliquera si cette hausse de l’inflation va être pérenne ou pas. C’est un point à garder très fortement à l’esprit parce que cela va influencer le comportement des marchés financiers par le biais de l’anticipation du discours de la Banque centrale européenne. Un point important d’ailleurs, sur lequel je voudrais insister, c’est que l’on observe une dynamique similaire lorsque l’on regarde l’économie américaine.

FRANÇOIS DOUX

À suivre donc l’évolution des deux côtés de l’Atlantique. Merci William De Vijlder.