https://economic-research.bnpparibas.com/Views/EcoTvPublicationDetail.aspx?Lang=fr-FR&typevideo=chapter&id=35218

FRANÇOIS DOUX

Dans le Graphique du mois, nous allons parler de l’anticipation de la croissance économique. William De Vijlder est avec nous et nous a préparé une corrélation. Nous allons comparer les rendements obligataires et l’indice du sentiment économique.

FRANÇOIS DOUX

Bonjour William.

WILLIAM DE VIJLDER

Bonjour François.

FRANÇOIS DOUX

Parlez-nous d’abord de ce fameux sentiment économique. Qu’est-ce que c’est ?

WILLIAM DE VIJLDER

C’est un de mes indices préférés. Il est établi par la Commission européenne. Il montre la moyenne du sentiment de l’industrie, des services, du secteur de construction, du commerce de détail et le sentiment des ménages. C’est un excellent indicateur pour appréhender le ressenti de tous ces agents économiques à un instant donné. Il existe pour l’Union européenne, la zone euro et tous les pays membres de l’UE. Voici ce que j’ai préparé. J’ai pris l’indicateur pour l’Allemagne afin de le comparer avec le comportement du Bund 10 ans, la dette souveraine allemande. Maintenant, depuis la création de l’euro, cet indicateur du sentiment économique allemand est extrêmement corrélé avec le même indicateur de la zone euro. La conclusion que l’on tire du graphique pour l’Allemagne s’applique également à la zone euro.

WILLIAM DE VIJLDER

La conclusion est qu’il y a une corrélation très étroite entre le comportement des deux séries, ce qui est assez logique. Lorsque le sentiment économique s’améliore, lorsque les agents économiques, ménages et entreprises, deviennent plus confiants, alors les marchés obligataires ne leur échappent pas. Les investisseurs anticipent donc également une amélioration de l’économie, et les rendements remontent.

FRANÇOIS DOUX

Qu’est-ce qu’il se passe une fois que le pic de confiance a été atteint du côté des rendements obligataires ? Vous avez concocté un autre graphique, qui est un peu inédit dans l’émission. On va le voir à l’écran. Il reprend le rendement obligataire avec, en son centre, le point où en général le pic de confiance est atteint. C’est bien ça, William ? Expliquez-nous.

WILLIAM DE VIJLDER

J’ai été frappé en préparant le premier graphique de voir à quel point il y avait une coïncidence entre le pic du sentiment économique et le pic du taux long. C’est pour cette raison que j’ai préparé ce graphique. J’ai d’abord identifié le pic du sentiment économique qui est égal au point zéro. Et puis j’ai regardé quel était le niveau des taux longs au moment où on avait atteint le pic du sentiment économique, et comment ces taux ont évolué les quatre mois précédents. Dans la partie gauche du graphique, on a les quatre mois qui ont précédé le pic du sentiment économique. Donc lorsque la série est ascendante, lorsque la ligne est ascendante, le taux était plutôt en train de monter à l’approche du pic du sentiment économique.

WILLIAM DE VIJLDER

On regarde également ce qu’il se passe après, sur la partie droite du graphique. Qu’est-ce que l’on constate, qu’est-ce qui est vraiment très intéressant ? C’est que dans la majorité des cas, une fois le pic du sentiment économique dépassé, les taux longs ont plutôt tendance à baisser. Ce constat est très important à l’heure actuelle. Pourquoi ? Parce que le sentiment économique a très fortement augmenté ces derniers mois et on comprend pourquoi.

WILLIAM DE VIJLDER

On peut dire que d’ici quelques mois, a priori, on devrait atteindre le pic de cette série. Le pic du sentiment. Et donc, sur base de l’expérience historique, on serait tenté de dire que, à ce moment-là, on aura également atteint un certain pic au niveau des taux longs. Ceci ne veut pas dire que les taux ne pourraient plus remonter après. Mais ce serait pour d’autres raisons que simplement le sentiment au niveau des perspectives économiques. Un facteur pourrait être, par exemple, la dynamique inflationniste. Un autre facteur possible serait l’influence de la perspective d’une continuation de la hausse des taux venant des États-Unis.

FRANÇOIS DOUX

On va donc rester vigilant sur ces taux longs, en particulier en zone euro. Merci William De Vijlder pour ce point sur les anticipations de la croissance, de la confiance et des marchés obligataires.