La corrélation entre la performance du marché obligataire américain et celle du marché allemand est très étroite, mais, en moyenne,  la volatilité est moins élevée en Allemagne. Le graphique montre bien le sursaut de volatilité lorsqu’en mai 2013 la Réserve fédérale a mis en perspective une éventuelle réduction de son programme de quantitative easing (QE). Depuis l’automne 2014, la volatilité aux Etats-Unis a connu des vagues de hausse, à mettre en rapport avec les anticipations d’un premier resserrement monétaire. L’impact sur les obligations allemandes a été limité et ceci illustre que le QE tend à réduire la volatilité du marché obligataire. Cette réduction peut d’ailleurs inciter les investisseurs à se positionner davantage sur des actifs plus risqués.

 

realised volatility of bond returns