William De Vijlder

Directeur de la Recherche Economique du Groupe BNP Paribas

Marchés et investissements financiers

William De Vijlder analyse les relations entre les marchés (obligations, actions, matières premières, capitaux, devises…) et l’économie, le comportement des investisseurs et notamment leur appétit pour le risque en fonction des données économiques et du niveau d’incertitude.

Financial Markets

Rendements obligataires et marchés actions : les raisons de la récente hausse

Ces dernières semaines, les marchés actions ont affiché de solides performances. Aux États-Unis en particulier, il est difficile d’y voir une amélioration des anticipations de bénéfices ou la perspective de baisses du taux officiel supérieures aux anticipations. L’évolution des marchés actions serait, alors, principalement due au repli de la prime de risque demandée. Les rendements des Treasuries ont aussi bondi, ce qui serait largement imputable à l’augmentation de la prime de terme. La diminution de la prime de risque actions et la hausse de la prime de terme obligataire ont la même origine : la réduction du risque de perte économique extrême (tail risk), suite aux progrès des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine et à la stabilisation de certaines données d’enquête. La moindre probabilité d’évolutions économiques très négatives a dopé les marchés actions et réduit l’attrait des obligations comme couverture face au risque inhérent aux actions. Résultat : les rendements obligataires ont évolué à la hausse en synchronie avec les marchés actions.

Lire la suite
 
Etats-Unis : le signal et le bruit

Etats-Unis : le signal et le bruit

Les prix des actifs peuvent jouer un rôle important dans l’évaluation des perspectives économiques. La forte baisse des rendements des bons du Trésor américain au mois d’août a soulevé des inquiétudes, mais une estimation en temps réel indique une croissance pour le troisième trimestre satisfaisante aux Etats-Unis. Cela signifierait que l’incertitude accrue liée au différend commercial avec la Chine aurait entraîné une fuite vers des actifs sûrs et une baisse des taux d’intérêt à long terme. Les fluctuations dans la communication sur le différend commercial influent sur l’incertitude des investisseurs, et donc sur les primes de risque. Cela réduit la qualité du signal des prix des actifs, qui peut finir par peser sur l’économie réelle.

Lire la suite
 
équilibre

Points de basculement

Le début octobre a été marqué par un fort rebond des taux longs américains, qui n’est pas sans rappeler la hausse de début février. Cette dernière avait été provoquée par la désagréable surprise sur le front des salaires et de l’inflation tandis que le catalyseur début octobre était la forte hausse d’un indice traditionnellement peu scruté, l’indice des directeurs d’achats du secteur non manufacturier

Lire la suite
 
US

Comprendre la volatilité

Aux Etats-Unis, la bourse a baissé significativement, poursuivant une tendance initiée il y a quelques semaines. Pour interpréter ces développements, il convient de comparer le comportement boursier avec celui d’autres classes d’actifs. Un exercice compliqué.

Lire la suite
 
Volatilité des marchés

Les raisons de la hausse de la volatilité des marchés actions

Les marchés actions restent particulièrement volatils. Une volatilité qui pèse naturellement sur les rendements des obligations d’Etat. La volatilité des obligations high yield demeure néanmoins faible. Les fluctuations des marchés actions pourraient donc être dues à d’autres facteurs que les inquiétudes entourant les perspectives de croissance du PIB ou de politique monétaire.

Lire la suite
 
appétit des investisseurs pour le risque

Chute soudaine de l’appétit pour le risque

L’explosion de la volatilité sur les marchés actions aux États-Unis, avec ses effets de contagion, n’est qu’une réaction différée à la remontée assez significative des rendements obligataires depuis la deuxième quinzaine d’août. Les anticipations implicites d’inflation sur les marchés n’ayant guère évolué, la hausse des taux longs reflète celle des rendements réels, elle-même liée aux chiffres relatifs à une forte croissance. La relation entre les variations hebdomadaires des rendements et la performance du marché actions est historiquement faible. Il convient donc de se concentrer sur les facteurs déterminants de l’appétit des investisseurs pour le risque et, en particulier, sur les signes de ralentissement de la croissance.

Lire la suite
 
sunny

Du mieux sur les marchés et pourtant rien n’a changé

D’après l’évolution récente des marchés financiers, les investisseurs ont de nouveau le moral. Sur le plan économique (croissance, perspectives de politique monétaire), on note toutefois peu de changements. L’euro a bénéficié de cet environnement où les investisseurs sont enclins à prendre plus de risque. Il s’est renforcé face au dollar en dépit d’un élargissement du différentiel de taux d’intérêt.

Lire la suite
 
weather

Marchés financiers : des signaux contradictoires

D’après les positions spéculatives des contrats à terme sur le VIX, la volatilité resterait faible et exclurait tout choc de croissance ou d’inflation. L’aplatissement de la courbe des taux aux États-Unis montre que les investisseurs anticipent un ralentissement. Ces anticipations contradictoires peuvent refléter des horizons d’investissement différents mais au final une seule sera juste.

Lire la suite
 
ecotvweek-devijlder-global2

EcoTV Week – 22/06/2018 – La communication inclusive soutient la croissance inclusive

La communication des banques centrales a connu une transformation fondamentale au cours des trois dernières décennies. Alan Greenspan, l’ancien président de la Réserve Fédérale Américaine, est célèbre pour avoir dit : « Je sais que vous pensez comprendre ce que vous pensez que j’ai dit, mais je ne suis pas sûr que vous vous rendiez compte que ce que vous avez entendu n’est pas ce que je voulais dire. »

Lire la suite
 
Italy economy

Italie : à force de crier au loup…

En Italie, l’incertitude politique a provoqué des turbulences sur les marchés dont les effets se sont propagés au-delà des frontières de la zone euro. La nature de la contagion au sein de la zone euro est différente de celle de 2011. Une fois le nouveau gouvernement en fonction, la politique économique, et en particulier les finances publiques, seront au centre de l’attention.

Lire la suite
 

Bourse américaine : longtemps somnolent, le risque s’est réveillé

Dans le cycle actuel, la hausse de la bourse a accompagné les remontées des taux longs. Dans un environnement de hausse des rendements obligataires, l’envolée de la bourse américaine ces derniers mois a probablement été soutenue par la perspective de réductions des impôts sur les sociétés. Le comportement du marché cette semaine témoigne d’une grande sensibilité aux surprises économiques.

Lire la suite
 

QE, Dr. Pangloss, Dr. Jekyll et Mr Hyde

La Revue de stabilité financière de la BCE pointe des prises de risques accrues. La sensibilité des marchés à des évolutions inattendues de l’économie s’en trouve renforcée. Une politique monétaire accommodante constitue un exercice d’équilibriste dès lors que la croissance est robuste, l’inflation basse et les valorisations élevées. Dans un discours prononcé à Francfort le […]

Lire la suite
 
Menu