William De Vijlder

Directeur de la Recherche Economique du Groupe BNP Paribas

Cycle économique

Comment évoluent la croissance économique, l’inflation, l’emploi dans un pays ou une région du monde ? William De Vijlder s’intéresse aux fluctuations cycliques d’une économie en phase de crise, d’expansion, de récession ou de reprise, dans une analyse conjoncturelle.

Household consumption

How to spend it? Vouchers versus VAT cuts

The bleak outlook for the labour market implies there is a strong case for measures to boost consumer spending in order to keep the recovery on track. A host of instruments can be considered: vouchers, VAT rate cuts, income tax cuts, tax credits, negative income taxes. Amongst these, a voucher programme offers many advantages given the possibility for fine-tuning the target group, the final beneficiaries, the type of spending and the regional dimension. However, it comes with considerable administrative costs.

Lire la suite
 
Longue vue

Le cycle boomerang de l’économie

La confiance des entreprises a bondi quand les mesures de restriction ont été assouplies.  Attention, toutefois, à ne pas verser dans un enthousiasme excessif car ces données ne disent rien de la situation du niveau d’activité et de la demande. Le rebond actuel est mécanique : l’offre redémarre. La véritable question qui se pose est celle de l’évolution de la demande dans les trimestres à venir. Les entreprises et les ménages sont confrontés à une visibilité limitée. La prudence reste donc de mise. 

Lire la suite
 
Stormy sky

L’ombre portée du chômage

Les données économiques récentes se sont améliorées à la faveur des mesures de déconfinement, ce qui pourrait induire un sentiment de confort illusoire. Les effets liés à la gravité de la crise se feront sentir sur le long terme. Parmi les facteurs clés : la hausse du chômage et les anticipations de chômage qui pèsent sur les dépenses des ménages, en raison d’une perte de revenu et de la constitution d’une épargne de précaution. Malgré la reprise économique, les grandes banques centrales de l’Eurosystème s’attendent à une augmentation du chômage en 2021. Face à une visibilité qui reste faible et à des pressions élevées sur leurs bénéfices, de nombreuses entreprises n’ont d’autre choix que de réduire leurs effectifs.

Lire la suite
 
Bilan - Illustration edito 20.23

Union européenne : l’endettement élevé d’entreprises : un frein à la reprise

Pendant le confinement dû à la pandémie de Covid-19, de nombreuses entreprises ont subi un effet de ciseau négatif : la chute de leur chiffre d’affaires a été nettement plus importante que la baisse des charges. Elles n’ont eu d’autre choix que de réduire leurs coûts, y compris en se séparant de leur personnel, de puiser dans leurs réserves de liquidités et de tirer sur leurs lignes de crédit. Autrement dit, l’une des conséquences les plus durables de cette crise est l’augmentation forcée de l’endettement des entreprises. Pour nombre d’entre elles, ce phénomène se poursuivra très probablement en dépit de l’assouplissement progressif des mesures de confinement.

Lire la suite
 
European Commission

Union européenne : une proposition ambitieuse et des négociations difficiles en perspective

La Commission européenne propose un plan global pour soutenir la croissance et donner à l’UE les moyens de ses ambitions en termes de politique climatique et de stratégie numériqueUn tel effort est nécessaire. Il doit permettre d’éviter que la crise n’aggrave les divergences économiques entre les Etats membres, ce qui fragiliserait le fonctionnement du marché unique et pèserait sur la croissance à long termeLa Commission propose un ensemble de subventions et de prêts à des conditions favorables, financés par la dette émise directement par l’UE. Compte tenu de la réticence de certains pays à l’octroi de subventions, les négociations sur cette proposition s’annoncent difficiles.

Lire la suite
 
William De Vijlder

Après le pic de la pandémie, quel type de reprise économique ?

Les mesures sanitaires qui ont dû être prises pour contenir la pandémie ont fait plonger brutalement de nombreux secteurs de l’activité économique et réduit la demande. La récession a été « mécanique ». Avec l’assouplissement progressif des mesures de confinement, nous pouvons nous attendre à un rebond mécanique de l’activité et de la demande. Une question clé demeure : que se passera-t-il ensuite ?

Lire la suite
 
Economy

La récession Covid-19 : cette fois, c’est vraiment différent !

Quels que soient les pays et les époques, les crises financières et, plus généralement, les récessions et les reprises avaient, jusqu’à présent, de nombreux traits en commun. Ainsi, les récessions impactaient principalement la demande et, dans une moindre mesure, l’offre.

Cette fois, la récession induite par la pandémie aura un effet plus durable sur l’allocation des dépenses des ménages, sinon sur leur niveau.

Elle aura également des répercussions majeures sur l’offre, du fait de la modification des chaînes de valeur mondiales, du télétravail ou de la situation économique des entreprises, confrontées à une réduction forcée de leurs capacités pour respecter les impératifs de distanciation physique.

Lire la suite
 
Commerce international

Covid-19 : les aspects liés à l’offre soumis à des tests de résistance grandeur nature

La pandémie de Covid-19 révèle la nécessité de mieux prendre en compte les aspects liés à l’offre dans les analyses macroéconomiques. Des chaînes de valeur mondiales longues, optimales en termes de coûts et de prix, peuvent s’avérer très complexes d’un point de vue opérationnel et, surtout, vulnérables. Une offre plus résiliente a un coût au plan micro et macroéconomique. Cet arbitrage est un exercice difficile dans une économie de marché. C’est pourquoi les politiques publiques ont, dans une certaine mesure, un rôle à jouer.

Lire la suite
 
Coronavirus

Pandémie de Covid-19 et marché du travail

Dans la zone euro, la composante « emploi » des indices des directeurs d’achats (PMI) est en baisse, tandis qu’aux Etats-Unis les demandes initiales d’allocation chômage ont grimpé en flèche. Les entreprises ont besoin de souplesse pour gérer leur base de coûts, mais la perte de revenu des ménages en cas de hausse du chômage agirait comme un vent contraire pour la reprise une fois le confinement terminé. Aux États-Unis, le gouvernement fédéral complétera les indemnités de chômage qui varient d’un État à l’autre. En Europe, plusieurs pays ont pris des mesures pour faciliter le chômage partiel dans les entreprises, tout en limitant l’impact sur les ménages.

Lire la suite
 
Covid_19

La chute des données économiques confirme la nécessité des mesures de soutien fortes

Les mesures visant à arrêter la propagation de la pandémie ont un impact profond sur l’économie ; c’est ce qui apparaît de plus en plus dans les données économiques. La baisse record du sentiment des entreprises illustre le bien fondé des mesures fortes qui ont été prises. La levée des confinements entraînera, mécaniquement, un rebond de l’activité mais une relance supplémentaire sera probablement nécessaire pour maintenir la dynamique.

Lire la suite
 
Coronavirus

Une crise unique dans l’histoire récente

L’économiste en chef de la banque française revient sur les principales caractéristiques de la crise sanitaire actuelle, qui a bouleversé les marchés financiers et mis les États et les banques centrales en ordre de bataille. Selon lui, l’économie mondiale en sortira changée.

Lire la suite
 
Effet domino

Le coronavirus : propagation internationale et risques de perte extrême (tail risk)

La propagation internationale du coronavirus oblige à en repenser les conséquences pour l’économie mondiale. L’effet marginal de la diffusion de l’épidémie devrait, a priori, être assez limité. La réaction des marchés financiers a, cependant, été très négative. Cette envolée de l’aversion au risque reflète la crainte d’une sous-estimation des conséquences économiques ainsi qu’une plus grande prise en compte du risque de perte extrême (tail risk). Ce phénomène d’ « accélérateur financier » pourrait, à son tour, contribuer à la détérioration des perspectives de croissance.

Lire la suite
 
International trade

Coronavirus : évaluer les conséquences économiques

Chiffrer les conséquences du coronavirus est un énorme défi. On peut les quantifier sur certains sujets grâce à un niveau satisfaisant de visibilité : répercussions internationales du choc de demande ou encore augmentation globale de l’incertitude. La visibilité relative aux effets des ruptures d’approvisionnement est beaucoup plus faible. La visibilité des impacts sur la Chine est encore moindre. À court terme, la différence entre la prévision consensuelle et le résultat devrait être supérieure à la normale. Cependant, si le pic de l’épidémie est atteint rapidement, la visibilité devrait s’améliorer très vite et donc soutenir la confiance.

Lire la suite
 
Economic growth

Le coronavirus et le profil de la croissance en 2020 : V, U ou L?

D’un point de vue économique, l’épidémie du coronavirus combine chocs de demande, d’offre et de confiance. Le poids de la Chine dans l’économie mondiale, sa contribution à la croissance du PIB mondial et son rôle dans les chaînes de valeur induisent des répercussions internationales bien plus profondes que la crise du SRAS en 2003. Il faut s’attendre à des chiffres économiques médiocres en février et mars. La vraie question est celle de savoir si une reprise apparaîtra dans les enquêtes en avril. Dans le cas inverse, on peut craindre un impact plus durable de l’épidémie sur l’économie, ce qui ouvrirait la voie à un scénario de reprise de type U. Un scénario en L semble encore peu probable, alors qu’une reprise en V suppose une baisse rapide des nouveaux cas de contamination.

Lire la suite
 
Analyse données économiques

Combien d’hirondelles pour faire le printemps ?

Les données d’enquête récentes ont rebondi, en particulier dans le secteur manufacturier et en termes de commandes à l’exportation. La Commission européenne note une nette augmentation du sentiment économique en janvier dans l’Union européenne et la zone euro, ainsi qu’en Allemagne et en France, après une baisse sensible au T4. Aux États-Unis, les économistes prévoient une accélération de la croissance dans les prochains trimestres, mais la dispersion des prévisions est très large. Il faut donc s’attendre à ce que la prévision médiane inspire moins confiance qu’avec un niveau de divergence plus faible des prévisionnistes.

Lire la suite
 
Import Export

Accord commercial entre Washington et Pékin : peu de raisons de se réjouir

L’accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine a apporté un certain répit. Il évite, en effet, de nouveaux relèvements des droits de douane, par les Etats-Unis, et le risque d’une nouvelle escalade.
L’accord devrait être le bienvenu en Chine compte tenu du ralentissement actuel de la croissance, mais également aux Etats-Unis, où les entreprises ont été de plus en plus nombreuses à faire part de leur inquiétude face à la guerre commerciale.
Le reste du monde surveillera de près l’ampleur de la réorientation des échanges qui pourrait découler de l’accord.
L’attention va à présent se porter sur les négociations de la phase « 2 », qui pourraient très bien signifier une nouvelle aggravation de l’incertitude commerciale à un moment donné.

Lire la suite